Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Les effets de la révolution informationnelle

La chronique économique de Pierre Ivorra.

Le progrès technique a pour effet d’économiser le travail dans la production d’un bien ou d’un service. Avec la révolution informationnelle, ces gains de productivité sont considérables. On ne le mesure pas assez d’ailleurs, car nous ne sommes qu’au tout début de cette mutation technique, mais aussi cognitive, sociale, culturelle, politique. Imprimantes 3D, voitures connectées sans chauffeur, opérations chirurgicales à distance, interventions médicales au niveau cellulaire, plateformes Internet de location entre particuliers… quasiment tous les domaines de notre vie commencent à être bouleversés. Des métiers, des activités sont appelés à disparaître, d’autres à muter, d’autres encore vont apparaître. De nouvelles formes de relations entre les hommes se font jour.

L’emploi est évidemment concerné au premier chef. Selon certaines études, la moitié des emplois seraient menacés, d’autres en limitent l’impact à seulement 15 % d’entre eux. Apparaît en plus le Mistigri de l’ubérisation du travail, le statut d’autoentrepreneur facilitant cette disparition apparente du salariat. Alors, quel est notre avenir ? Allons-nous, dans notre grande masse, être refoulés vers un revenu universel à défaut d’un salaire, condamnés que nous serions à regarder travailler les autres, une minorité privilégiée, bénie des dieux jusqu’à la prochaine invention qui leur fera partager le lot commun et la misère universelle ?

Mais si le progrès technique permet de booster la productivité, il ne donne pas forcément un coup de fouet à la production et par ricochet à l’emploi : l’économie japonaise tourne au ralenti ; l’européenne a du mal à redécoller ; la Chine freine. Que se passe-t-il donc ? Pour produire, on oublie trop souvent qu’il faut utiliser un autre facteur que le travail : le capital. Et si notre cousine est muette et la croissance fatiguée, cela tient au fait que les gains de productivité sont accaparés par le capital. Il bouffe tout, ou presque.

Là est le problème. Cela, d’autant que par rapport à la révolution industrielle, la révolution informationnelle place la connaissance, la qualité de l’intervention humaine au cœur des processus productifs. On ne peut pas innover, faire preuve de souplesse et de créativité en étant mal payé, mal formé, mal dans sa peau, en vivant dans un monde où 90 % de la population vit dans la peur d’être mise à l’écart. Les gains promis par les nouvelles technologies sont gâchés. C’est cette contradiction entre la place du travail et celle du capital que les hommes doivent résoudre. Aujourd’hui, avec la révolution informationnelle encore plus qu’hier.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.