Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Marée noire : A l’avenir préserver l’essentiel pas le capital

Dès l’annonc e de la nouvelle catastrophe du Prestige, le Parti communis te s’est exprimé pour dire sa colère et sa détermination, sa profonde solidarité aux populations touchées par cette catastrophe, socialement, économiqu ement, et aussi dans leur santé.

Chaque nouvelle marée noire apporte sa moisson de promesses gouvernementales et européennes : on entend « plus jamais ça »… et ça recommence ! Il faut vraiment que cesse le sinistre ballet des « Prestige » et autres Erika qui écument les océans.

On nous a dit : les transpor teurs , les équipages, les sociétés écrans sont res ponsa bles de ces catas trophes. En réalité, tout ceci n'est que prétexte pour protéger les com pagnies pétr olières. Qui contrô le réellement le transpor t pétr olier ? Qui finance le transpor t maritime ? Qui tire profit du système des sociétés écrans , de l'utilisat ion de navires poubelles, de l'exploitation des équipages, des pavillons de com plaisance ? Qui, sinon les donneurs d'ordre, c'est-à-dire les multinationales du pétr ole ?

Regardons cette réalité en face : l'organisation du trans por t pétr olier est dominée par les puissants marchands de pétr ole dont la communauté internat ionale et l'Union eur opéenne cont inuent à protéger les intérêts sans aucun état d'âme.

Face à cette nou velle agress ion d’un pétr olier de com plaisance contr e les côtes de l’Europe, ses richesses natur elles, ses oiseau x, contr e la vie de ses habitants , le Par ti commu niste a décidé de s’invest ir tota lement pour dénoncer le rôle du profit dans les atte intes à l’environnement et d’agir pour obtenir « qu’à l’avenir on préser ve l’essent iel pas le capital », selon le mot d’ordre exposé pendant plusieurs sema ines sur la faça de de l’immeub le de la Place du colonel Fabien.

Il a donc entr epris d’organiser une cam pagne de long terme à quatre niveaux et dans trois directions :

Quatre niveaux : au plan régional sur le littora l atlant ique avec les fédérat ions du Par ti commun iste des régions Aquitaine et pays de Loire ; au plan national avec plusieurs initiatives à l’Assemb lée nationale et au siège du PCF, avec l’édition de tracts . Au plan eur opéen avec une car te pétition (1) en direction du Président du parlement eur opéen ; et des rencontr es programmées par le groupe GUE/NGL à Strasbour g entr e habitants , militants d’Espagne du Por tugal et de France ; afin de créer un réseau eur opéen de solidarité et d’action contr e les marées noires assoc iant les profess ionne ls de la mer, pêcheurs , profess ions tour istiques, navigants de la marine marchande, syndicalistes de la construct ion navale, militants assoc iatifs, collectifs anti-marée noire, défenseurs de la natur e, et élus locau x.

Trois directions : act ion contr e les pollueurs , qu’ils soient financ ièrement significativement punis, solidarité avec les populations pour leur indemnisation, propositions pour prévenir les marées noires.

Il s’agit tout à la fois de rassemb ler tous ceux qui veulent agir pour faire conna ître leurs exigences au plus haut niveau, d’app or ter notr e solidarité aux populations touchées et de faire des propositions qui con duisent à une prévention réellement efficace et dura ble de ces marées noires.

Propositions : Nous les avons synthétisées en 9 points :

  • Asse z des poubelles flottantes : les navires ne répon dant pas aux normes internat ionales (âge, visite de sécurité, com position des équipages) doivent êtr e tout de suite inter dits de navigation.

  • Appliquer la décision eur opéenne du 8 décem bre 2002 d’inter diction des pétr oliers à simple coque.

  • Il est temps d’en finir avec la mascarade d’une organisation maritime internat ionale (OMI), qui n’est que le lobby des pays ser vant de pavillons de com plaisance . Un pays – une voix, doit êtr e la règle.

  • L’Agence de sécur ité maritime eur opéenne doit êtr e créée et insta llée dans les meilleurs délais.

  • Les moyens d’ident ificat ion et de sur veillance de chaque navire por teur de substance présentant un danger (système Equasis) doit êtr e mis en place imméd iatement .

  • Transcr ire dès maintenant au niveau eur opéen la char te de res ponsa bilisation déjà signée au niveau national par les armateurs et affréteurs sur l’initiative de Jean-Claude Gayssot .

  • Publier régulièrement en direction des profess ionne ls et du grand public, la liste noire des navires hors normes .

  • Poursu ivre au niveau national le recrutement d’ins pecteurs et d’officiers de por ts engagé sous le précé dent gouvernement .

  • Engager la construct ion de nou veaux navires remorqueurs et la construct ion de pétr oliers à Saint-Nazaire notamment avec le programme des navires 3E (éco logique, économ ique, eur opéen) . n

 

1. Pour en savoir plus : Pour une écologie alternative (commission du PCF) site : www.pcf.fr/environnement Email : mareenoire@pcf.fr ou environnement@pcf.fr

 

A ces propositions les communis tes du pays de Quimper en ont ajouté d’autres :

  • Res ponsa biliser sur le plan juridique et financ ier les armateurs et les affréteurs et leurs assur eurs , en leur imposant , sans plafond, la prise en charge de la totalité des dégâts et préjudices provoqués au plan économique, environnemental, et humain, ainsi que des sanct ions financ ières dissuas ives pour tout manque ment aux règles de sécur ité.

  • Equiper tous les navires d'un système d'identification automat ique et imposer la traçab ilité des produits dangereux transpor tés en dotant les conteneurs d'un dispos itif de repérage pour les localiser lors qu'ils tombent à la mer.

  • Implanter, à la pointe de l'Europe à Brest , un pôle eur opéen de sécur ité maritime (lutte , tra itement contr e les pollutions, restaurat ion des écos ystèmes ...) mettant en réseau et favorisant une synergie entr e des organismes comme le CEDRE, le CETMEF, l'IFREMER, le CNRS, le SHOM, l'INERIS, l'Univers ité, les administrat ions civiles et militaires. Ce pôle eur opéen disposera it d'une cellule d'urgence anti-pollution, mob ilisable dès que le danger se profile pour êtr e mise à la dispos ition des autor ités concernées . Les ser vices publics à la frança ise ont un rôle impor tant à jouer dans ce dispos itif. Il impor te de préser ver leurs capacités d'inter vention et de leur donner des moyens suffisants .

  • Doter notr e pays d'un navire dépollueur à l'instar d'autr es pays, comme la Hollande, qui en a fait constru ire un en 1998.

  • Renforcer les moyens matér iels et humains de sur veillance et d'inter vent ion en renou velant les remor queurs de haute mer dont le nom bre doit êtr e augmenté .

  • Imposer sur tous les navires des normes sociales modernes en termes de qualification des équipages, d'effect ifs suffisants , de con ditions et de temps de tra vail, de rémunéra tions .

  • Faire éta blir chaque année , par le secrétar iat d'Etat à la Mer, un rappor t sur l'évolution de la sécur ité maritime et la prévention des pollutions marines.