Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Mieux connaître les potentialités de la législation sur les comités d’entreprise, pour la faire appliquer et conquérir de nouveaux droits

Des milliers de militants de comités d’entreprise, dans le passé, se sont appuyés sur l’ouvrage de Maurice Cohen dans leur activité, c’est dire son rayonnement. La dernière édition est pleinement accordée à la période présente pour défendre cet acquis social original toujours, menacé depuis sa création, et, plus généralement dans l’agression réactionnaire actuelle contre le droit social. Il n’est pas douteux que cet ouvrage soit nécessaire aux militants œuvrant dans les comités d’entreprise, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à introduire la démocratie dans l’entreprise. Mieux connaître les possibilités d’une Institution, c’est aussi voir ses limites et comprendre les obstacles qu’elle rencontre. Par sa dimension critique, son intelligence de la question, sa connaissance approfondie du sujet, cet ouvrage est, fondamentalement, ouvert à une démarche visant à créer des pouvoirs pour les travailleurs.

La septième réédition de l’ouvrage Le Droit des comités d’entreprise et des comités de groupe (1), de Maurice Cohen, avec le concours de Laurent Milet rédacteur

en chef de la combative Revue pratique de droit social, publication de la CGT dont M. Cohen est le directeur, constitue, à coup sûr, un événement heureux. D’autant que, sans rien perdre des acquis des éditions précédentes, l’auteur a fait subir, à son ouvrage une cure de rajeunissement qui le rend très actuel.

Cet ouvrage ne fait pas seulement autorité chez les militants syndicaux. Son importance est reconnue par nombre de juristes, comme un ouvrage majeur de référence, incontournable, en la matière. Comme expression de cette estime, on peut citer la préface que lui donna, dès 1975, déjà à l’occasion d’une réédition, M. Jean Laroque, alors Procureur général de la cour de Cassation, aujourd’hui décédé. C’est bien d’une œuvre majeure, dont il s’agit. Maurice Cohen lui a consacré une grande partie de son activité. Et, les moindres qualités de ce livre, ne sont pas, malgré son volume et son sujet, qu’il soit,d’une présentation et d’une lisibilité, disons même d’une pédagogie exemplaires, dépassant les difficultés de l’expression juridique, sans renoncer à la rigueur. Il comporte également de nombreuses et précieuses indications concrètes de défense juridique.

L’ouvrage se penche sur l’origine des comités d’entreprise, encore aujourd’hui, bien mal connue d’une partie du public. Ils sont directement issus, dans le contexte de la Libération, des idées sociales de la Résistance et de son Programme. Ils vont faire l’objet d’une Ordonnance du 22 février 1945 de de Gaulle, très en retrait sur les demandes de l’Assemblée Consultative, dont la composition et l’état d’esprit étaient proches des forces de la Résistance intérieure. D’ailleurs, elle ne cachera pas son mécontentement. C’est le communiste Ambroise Croizat, devenu ministre du Travail, qui sera lui en plein accord avec l’Assemblée nationale, le véritable père des comités d’entreprise, avec la loi du 16 mai 1946, qui modifia profondément l’ordonnance de 1945 et en fit la véritable charte de base des comités d’entreprise. Ceci ramène à la vérité la « légende » des gaullistes revendiquant la paternité des comités d’entreprise.

Avant même leur création, ils vont donc être l’objet d’affrontements. Le patronat, qui n’a pas encore reconstitué son organisation le CNPF, part immédiatement en guerre contre la loi Croizat. Mais, elle sera cependant appliquée Les attaques, les tentatives de remise en cause ne connaîtront pas d’interruptions et, sous une forme ou une autre, elles n’ont cessé de ponctuer le demi-siècle écoulé. L’action des travailleurs, la riposte de leurs syndicats et en particulier de la CGT, qui a toujours prêté une grande attention aux comités d’entreprise, les mettront en échec, imposeront une interprétation et une évolution des textes favorables aux travailleurs. La lutte de classe ne se borne pas, certes, aux combats « juridiques », mais elle les inclut. Elle en est le soubassement et revêtira même une évidente âpreté. Le livre de M. Cohen montre bien ces développements et leurs enjeux. Le conflit se manifestera sur des terrains très divers pour imposer l’existence des comités. Leur constitution effective et leur vie dépendront, pourl’essentiel, de l’existence et de l’activité dans l’entreprise de syndicats. Des conflits porteront sur les opérations électorales, sur le respect des attributions du secrétaire du CE que le patron (ou son représentant) voudront s’approprier ou réduire, sur les droits des représentants syndicaux, avant la reconnaissance de la section syndicale d’entreprise. Ces représentants, au statut un peu vague, seront, dès les années 50, un point d’appui à cette reconnaissance. Le fait précède souvent le droit, sous la forme de la législation, mais aussi de la jurisprudence, c’est-à-dire de l’ensemble des décisions des juridictions, et, elle-même, source du droit, de l’état de chose existant, en fonction des rapports de force.

En droit, l’entreprise n’a pas de personnalité juridique, il ne connaît que l’employeur, individus ou sociétés de capitaux, ce qui va conduire le patronat à jouer de cette situation pour découper l’entreprise au gré de ses stratégies. A l’inverse, va s’établir une jurisprudence, plus proche des réalités économiques et sociales, qui imposera la notion « d’unité économique et sociale », celle « d’établissements distincts », base du comité à ce niveau et, dès qu’il existe deux comités d’établissement, de l’obligation de créer un comité central d’entreprise. Ceci permettra de combattre, avec succès, les manœuvres patronales et d’ajuster le champ de la couverture des comités au meilleur exercice de leurs attributions en les situant au plus près des salariés : comités d’établissement, comités d’entreprise ont en commun d’être qualifiés pour apprécier la gestion, d’activités placées sous l’emprise d’un même capital. Ces définitions détermineront aussi, la possibilité légale de pénétration des délégués dans diverses structures, alors qu’une des préoccupations des patrons sera de limiter le périmètre de leur action. L’évolution des contextures du capitalisme va donner beaucoup d’importance aux comités de groupe. Si la loi établit leur encadrement, elle laisse place à des dispositions importantes relevant d’accords entre dirigeants des groupes et syndicats pour plusieurs questions, dont, par exemple, la délimitation du groupe, la désignation de ses membres, le fonctionnement du comité, ses moyens, les possibilités pour ses membres d’exercer leurs fonctions, et surtout, le contenu de son activité dont, bien que déjà réduit, les directions ont tendance à l’amoindrir encore, voire à tenter d’en faire une simple formalité. Ajoutons encore, la définition de la consolidation des comptes, l’accès aux comptes des filiales étrangères. Autant de sujets d’affrontements, d’une volumineuse jurisprudence. Ce livre apporte beaucoup d’éléments importants et utiles. Il en est de même concernant l’application de la directive européenne sur les comités de groupe d’entreprise européens et organismes assimilés, enfin, entré en application après vingt ans d’opposition des organisations patronales. Bien que sa portée soit limitée, elle tire de l’importance du fait qu’elle met en présence institutionnelle sur des sujets d’intérêts communs, des militants syndicaux de divers pays d’Europe. La directive, aujourd’hui, transposée dans le droit français, laisse un certain nombre de points ouverts comportant enjeux soumis à négociations. L’ouvrage lui consacre un chapitre où il relève, à juste titre, que la mondialisation pousse à la création de comités mondiaux, d’ores et déjà possibles par accords contractuels. Ne devrait-on pas aller plus loin et estimer que le BIT (Bureau international du travail) pourrait s’en saisir pour en faire une convention à ratifier par les Etats ?

La mise en place de comités d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), le statut de ses membres, y compris de leur formation, la possibilité, souvent contestée par le patronat, de recourir à des experts sont opportunément traités, d’autant que se développe un discours apologétique pour vanter les vertus du « risque », escamoter les responsabilités et que les débats sur la Sécurité sociale, montrent que la prévention est notoirement sous-développée en France. Pourtant, toutes les enquêtes officielles sur les conditions de travail convergent, pour montrer leur extrême dégradation à laquelle l’insécurité massive de l’emploi n’est pas étrangère.

L’ouvrage apporte des indications d’une grande utilité pratique sur les élections des membres des divers comités, la composition de l’électorat, les conditions d’éligibilité, la présentation des candidatures, la composition des collèges électoraux, l’organisation matérielle et le déroulement des opérations et le fonctionnement même qui ont été l’objet d’une importante jurisprudence. Questions d’une grande importance, pour la syndicalisation, notamment dans les PME, où l’on sait d’expérience qu’elles comportent, souvent, simultanément la demande de création ou d’élection d’un comité d’entreprise (ou d’établissement). Ces questions doivent être appréciées au regard des attentes nouvelles des salariés, parfois peut être encore inavouées à eux-mêmes, mais dont les toutes récentes actions montrent l’émergence dans la conscience sociale en mouvement des différentes catégories de travailleurs. Ces processus se poursuivront à travers les luttes prévisibles de la rentrée.

L’auteur porte l’attention sur des terrains de manœuvres des employeurs que sont les « accords d’entreprises », l’épargne d’entreprise et le régime obligatoire de la participation aux résultats, en rappelant les obligations de l’employeur.

Il réserve de substantiels développements aux attributions économiques et professionnelles des comités, notamment en matière d’information et de consultation, dont il s’attache à montrer les contenus, d’autant plus importants, même si les prescriptions légales sont très insuffisantes, les employeurs voudraient bien faire table rase de toutes contraintes en cette matière.

L’ouvrage aborde, de manière précise, les obligations de l’employeur que militants et salariés doivent bien connaître pour en exiger la complète application. Dire que la plupart ont un rapport, plus ou moins direct, avec l’emploi, n’est nullement exagéré. Cela vaut dans les conditions actuelles de la crise systémique, des combats qu’elle engendre, de se les bien approprier. Elles concernent l’information annuelle ou trimestrielle sur l’activité économique de l’entreprise, ses perspectives, ses pratiques en matière d’emplois, la structure de la masse salariale ainsi que tous les sujets pour lesquels les comités sont dotés d’un droit d’information et de consultation, notamment avec sept consultations annuelles obligatoires. Une grande attention est portée par l’ouvrage aux droits du comité en matière d’emploi et de formation professionnelle devant les restructurations. Leur connaissance est indispensable, nécessaire, afin, à partir des réalités les plus concrètes, de construire les actions pour leur dépassement dans une optique de sécurité d’emploi et de formation.

Il traite des possibilités et conditions d’expertises, particulièrement de l’expertise comptable souvent sous-estimée, de la liberté de choix du comité, de la nature de leurs missions et leurs conditions, des honoraires des experts. La notion de « secret » avec laquelle les employeurs voudraient souvent abusivement paralyser les comités, se dérober à leurs responsabilités, est ramenée à sa consistance. Il est également traité de l’expertise technologique et des autres expertises auxquelles le comité peut faire appel.

Le droit d’alerte, les initiatives du comité en matière économique, c’est-à-dire des droits particulièrement importants dans la situation de crise, mais auxquels bien entendu ne se limitent pas ses interventions et encore moins celles du syndicat, font l’objet d’un chapitre qui vise notamment l’utilisation abusive du travail temporaire, ainsi que les relations du comité avec le Conseil d’administration.

La loi de janvier 2002 relative au contrôle des fonds publics, dont il a été plusieurs fois traité dans Economie & Politique, a été scandaleusement annulée par le nouveau gouvernement ; mais, même si elles ne remplacent pas ce texte, existent certaines possibilités de contrôle que l’ouvrage indique précisément. De même ont été abusivement suspendus six articles de la loi du 3 janvier sur les formalités légales en cas de licenciement économique ; l’ouvrage en relève les conséquences néfastes, tout en indiquant certaines répliques juridiques possibles.

La loi de 1945 a conféré aux comités la gestion des activités sociales et culturelles, domaine par excellence de pratiques paternalistes, aliénantes, historiquement instituées par le patronat pour endiguer la lutte de classe et fixer la main d’œuvre. Elle ne s’est pas imposée facilement. Elle a permis des réalisations remarquables, mais la grande inégalité de ressources dont disposent les comités a créé une grande disparité. La question de la contribution patronale, avec celles connexes de la gestion des activités, de la coordination et la coopération entre comités, sont traitées de manière approfondie. Il s’agit d’un domaine sensible, à différentes facettes. Toutes ces questions sont examinées avec beaucoup de soin. Il en est de même pour l’exercice du mandat de membre de ces comités, sans oublier les mesures discriminatoires à leur encontre, leur protection légale, particulièrement contre les licenciements. Il est encore des employeurs qui considèrent les institutions représentatives comme une « atteinte insupportable à leur autorité ». Il est d’ailleurs remarquable que plus de la moitié des entreprises assujetties n’ont pas de représentation du personnel. La loi ne leur en fait pas grief, condamnant seulement les cas d’entraves. L’insuffisance de moyens de l’Inspection du Travail favorise certainement que les sanctions pénales en la matière si, elles existent, sont rares et peu importantes. L’auteur examine ce point et plus généralement le délit d’entrave, les sanctions et leur application. Cet ensemble est complété par un examen des règles de procédure utiles à connaître dans le cas où les comités peuvent être amenés à saisir la justice de différends les opposant à l’employeur. Mieux connaître les possibilités d’une Institution, c’est aussi voir ses limites et comprendre les obstacles qu’elle rencontre. Par sa dimension critique, son intelligence de la question, sa connaissance approfondie du sujet, cet ouvrage est, fondamentalement, ouvert à une démarche visant à créer des pouvoirs pour les travailleurs.

1. Maurice Cohen : Le Droit des comités d’entreprise et des comités de groupe, 7e édition, LGDJ, 2003.