Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Retraites. Des luttes immédiates à une réforme alternative

Nous reproduisons la conclusion du livre « Les retr aites. Des lutte s immédiates à une réfor me alter native » ouvrage collectif coordonn é par Paul Boccara et Catherine Mills qui vient de sortir dans la collection ESPERE aux éditions Le Temps des Ceri ses.

Les retra ites sont devenues plus impor tantes que jamais avec la révolution démo graph ique de la longévité.

Dans le cadre de la crise systémique d’exaspérat ion de la marchandisation de toute la vie et des mises en cause néo-libérales des protect ions nationales et sociales, elle ont sub i, en France , comme nous l’avons pr écisé, les réformes réact ionna ires success ives pr ésentées par Balladur en 1993 et par Fillon en 2003.

Mais elles ont connu auss i en 2003 des luttes , des rassem blements de protestat ions et même l’avancée de proposition alternat ives, d’une ampleur sans précé dent. Alors que cont inuent à s’opposer, dans une cer taine mesur e, réforme d’orientat ion réact ionna ire récusant la poss ibilité d’une alternat ive et sous-est imation, du côté de la rés istance salariale et populaire, de la profondeur des trans formations nécessa ires, le défi d’une réforme alternat ive profonde reste posé.

A son pr o p os , nous avons avancé au moins tr ois ensem bles de propositions. Il s’agit d’autr es moda lités des financements et des cotisations du système de répar tition, de l’app ui sur une sécur isation de l’emploi et de la formation, et de diverses moda lités concrètes d’améliorat ion des con ditions des pensions, sans parler des quest ions de pénibilité du tra vail ou de l’emploi des salariés âgés. Dans l’imméd iat, ce sont précisément les luttes sur les moda lités des retra ites et du tra vail concernant la pénibilité et les risques , sur les retra ites com plémenta ires, ou encor e sur les con ditions d’emploi et auss i de trans ition vers les retra ites des tra vailleurs âgés, qui peuvent sans doute se développer avec les négociations prévues.

D’un autr e côté , les enjeux de trans format ion profonde des retra ites et des con ditions de vie des personnes âgées rejoignent tous les enjeux de mise en cause et de trans formation des inst itut ions concernant les différents moments de la vie sociale des populations. Cela va de l’enfance et de la format ion initiale jus qu’à la matur ité et la vieillesse , en passant par l’emploi et la format ion cont inue, tout en se rappor tant auss i à la maladie ou encor e à la cultur e.

Sur toutes les inst itut ions visées pèsent de nos jours de graves press ions et des défis de trans format ion analogues. Les réformes d’adaptation aux nou veaux problèmes par réduct ion des dépenses sociales et par des difficultés accrues pour les act ivités lancent les défis de réformes alternat ives pour des trans format ions radicales des objectifs sociaux, des moyens financ iers et des pouvoirs.

Avec la révolution informat ionne lle, c’est sur tout le rôle de la format ion tout le long de la vie qui devrait pouvoir conna ître un développement sans précé dent, dans le cadre d’une sécur isation et d’une promot ion de tous les moments de la vie sociale, en passant par la sécur isation de l’emploi et de la format ion avec une mob ilité de progress ion de chacune et de chacun .

Aux prélèvements financ iers qu’il convient de faire for tement reculer, il s’agit d’opp oser un développ ement des prélèvements sociaux et de leur mutua lisat ion, soutenu par un nou veau cré dit. En mettant en cause la domination des pouvoirs de appareils d’État et des ser vices techno bureaucrat iques, ou même des inst itut ions et négociations dites paritaires entr e « par tena ires sociaux » dominées par le patr onat , devraient progresser des pouvoirs d’inter vention, de propositions et de contrô le des intér essés euxmêmes et de leurs organisations, syndicats et assoc iations, de façon décentra lisée et concer tée.

Les luttes sur les retra ites et sur les con ditions des salariés âgés et des retra ités peuvent ainsi con verger avec les luttes sur les autr es moments sociaux, pour des améliorations imméd iates ainsi qu’en direction d’un autr e projet de société. D’une par t, au-delà de simples corr ections plus ou moins amples du système économ ique et social existant par les con quêtes des droits sociaux, mis en cause profondément face aux nouveaux besoins, c’est la progression de la mutua lisat ion pour mainten ir et même commencer à dépasser les marchés qui est possible. Cela se reliera it à la maîtrise et au début de dépassement du marché du tra vail lui-même et du salariat par l’instaurat ion d’une sécur ité d’emploi ou de format ion. D’autr e par t, ces objectifs de trans format ions sociales de tous les moments de la vie sociale des populations peuvent fourn ir la base d’une construct ion sociale et politique alternat ive en France comme dans l’Union européenne . Les rappr ochements des luttes et des propositions dans les différents pays européens comme au niveau de toute l’Union sont , à cet égard, de la plus haute impor tance .

A propos des retra ites et des personnes âgées tout par ticulièrement , l’avancée de propositions alternat ives novatrices et cohérentes , devrait permettr e de faire grand ir encor e les rassemb lements , leur force et leur efficacité politique, alors qu’en étant sans doute déjà majoritaires dans le pays, les mou vements contr e la réforme FillonRaffarin ont dû acce pter la loi de la majorité politique issue des dernières élections législatives.

Il s’agit de dépasser l’opp osition entr e prise en com pte des nouveaux problèmes par des réformes d’adaptation de régression sociale et résistance populaire commençant à se saisir de nouvelles propositions, mais insistant encor e sur la conser vation du système antér ieur, par la mise en avant de propositions alternat ives de progrès et leur développement créateur . Cela favorisera it sans doute des rassem blements encor e plus vastes , le discréd it des arguments réact ionna ires, la réduct ion de la division poussée par les syndicats minoritaires ralliés à la réforme de régress ion.

Outr e les con ditions des cotisations, du tra vail des salariés âgés et des pensions, l’accent mis sur les problèmes de format ion et de contenu des activités pour les personnes âgées, dans l’emploi, la trans ition entr e emploi et retra ite et pendant la vie de retra ite, peut ccontr ibuer à développer les motivations des luttes et les mob ilisat ions .

Soutenues par des pers pectives à la fois audacieuses et cré dibles, les luttes imméd iates pourra ient commencer à arrac her des améliorat ions et des reculs sur les moda lités d’application de la réforme de 2003. Elles pourra ient aller de pair avec la poursu ite de la contestat ion de cette réforme jus qu’à arr iver à la mettr e en cause et par venir à inst ituer une réforme alternat ive, en relation avec de nouvelles avancées d’ensem ble sociales et politiques en France et en Europe.