Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Riposter à Raffarin, ouvrir les chantiers de la Sécurité de d’emploi et formation

EDITORIAL

De p ui s p lus d e d eu x ans et d em i, l e chôma ge et la pr écar ité progressent , en France et en Europe. Ce n’est pour tant pas une fata lité. Ce qui est aujour d’hui en cause c’est la volonté de la droite et du patr onat de sat isfaire les exigences des mar chés financ iers .

Face à cette explos ion d e l’insécur ité soc iale, aggravée par la politique de Raffarin, les commu nistes veulent contr ibuer à la riposte imméd iate . Ils n’enten dent pas que la gauc he rééd ite ce qui l’a con duite à l’échec : la conc iliation avec les exigences de la Bourse et du Medef.

Il faut dépasser les promesses démagogiques jamais tenues , à commencer par celles de Chirac et de Raffarin. Nous voulons rassemb ler pour une sécur isation de l'em ploi et une format ion effect ive tout au long de la vie. C’est pour quoi nous souha itons encou rager toutes les luttes pour arrac her des mesur es imméd iates , mettr e en débat une autr e mob ilisat ion de l'argent des entr eprises, des ban ques , des fon ds publics, favoriser une prise de consc ience du besoin de droits et de pouvoirs effect ifs nou veau x sur la gest ion des entr eprises pour la changer. Ces luttes rassemb leuses et ces débats doivent permettr e d’avancer dans la construct ion d’un projet de société alternat if et am bitieux.

C’est le sens que devrait pren dre l’engagement des commun istes et de toutes leurs organisations dans une cam pagne nationale contr e le chômage, la précarité, pour l’emploi, pour aller vers une Sécur ité d’emploi ou de format ion.

Ces quest ions doivent êtr e au cœur des élections cantona les, régionales et eur opéennes . En effet, déjà les conse ils générau x et régionau x jouent un rôle impor tant du point de vue des politiques d’accom pagnement social, d’inser tion dans l’emploi, d’accès à la format ion cont inue et de promot ion économ ique des terr itoires. La préten due décentra lisat ion initiée par la droite enten d subor donner plus étr oitement ces collect ivités terr itoriales à la renta bilité financ ière des grands grou pes, enfermant les dépar tements dans un accom pagnement social concourant à la baisse du coût salarial de l’em ploi et la région dans un face-à-face avec les ca pitau x financ iers contr e l’intérêt social des salariés et des populations. Enfin, chapeautant l’ensem ble, c’est la fuite en avant dans une Europe supranat ionale au ser vice de la Finance et d’une concurr ence exacer bée entr e eur opéens . C’est cela que le projet de Const itut ion de Giscar d d’Estaing enten d graver dans le marbr e.

Avec les prochaines élections , à chaque échelon, on retr ouve ces enjeux de rassemb lement pour contr er ces tendances et faire avancer les exigences pour d’autr es politiques et une alternat ive de trans formation sociale rad icale et cré dible

« La campagne nationale pour l’emploi pourrait être ainsi un élément central de cohérence entre toutes les batailles électorales qui atten dent l e s communistes. »

Les six chantiers d’inter vention proposés doivent permettr e de donner du contenu à nos propositions et à nos actions , qu'il s'agisse de l'indemnisation et du retour à l'em ploi des chômeurs , de la suspen sion des plans de licenc iements et de la rec herche d'alternat ives, de la sécur isation de l’emploi dans les terr itoires, de la con vers ion d'em plois pr écaires en em plois stab les, notamment pour les jeunes , de l’accès effect if de chacun -e à la format ion professionne lle cont inue ou encor e les luttes contr e les discriminations touchant les femmes , les tra vailleurs âgés, les salariés immigrés et les jeunes vis-à-vis de l'em ploi

Nous avons l’am bition de faire de ces object ifs sociaux des chantiers d’action imméd iats avec tous ceu x qui sont concernés et de toutes les forces qui luttent dans ce sens .

Tout de suite, les commun istes devraient organiser des cam pagnes de sens ibilisat ion dans les entr eprises, les bass ins d’em ploi, les localités .

Nous souha itons ainsi contr ibuer au développ ement d’un grand mou vement nat iona l p our dire « Le chômage ça suffit ! Stop à la précar ité ! Pour l’emploi et la format ion, nous voulons des pouvoirs nouveaux p our les salar iés , les com ités d’entr e pr ise, les citoyens , les élus ! Nous voulons de nou veau x financements ! ».

« La démarche par chantiers visent à favoriser les luttes à partir des aspiration s diverses. »

Il est nécessa ire de se donner les moyens de changer les relations des entr eprises avec les ban ques , les marchés financ iers , au cœur des difficultés actue lles. Les 18 milliards d’eur os de fon ds publics accor dés aux exonérat ions de cot isat ions patr onales pourraient ser vir à doter un nou veau Fon ds national et régionalisé pour sécur iser l’em ploi avec la forma tion. Ainsi cessera it le scanda le des exonérat ions de cotisations sociales pour favoriser les em plois à bas salaire et des placements financ iers des profits supp lémenta ires ainsi libérés ! Mais ce Fon ds peut êtr e anticipé plus tôt là où c’est poss ible .

Ce Fon ds ouver t à l'inter vention des citoyens , des salariés et des élus de terra in permettra it, par une prise en charge publique des intérêts d’orienter sélectivement le cré dit banca ire aux entr eprises vers les investissements les plus créateurs d’emplois et de format ion. Il amènera it les ban ques à se préoccu per de l’emploi et à mod ifier leur com por tement vis-à-vis des entr eprises, notamment les PME. Enfin il s’agirait ainsi d’inciter toutes les ban ques à de nou velles pr atiques jus qu’à pousser , au niveau eur opéen, à une véritable réor ientat ion de la BCE. Une telle proposition commence à êtr e por tée dans le mou vement social lui-même . Ainsi les Unions régionales CGT, FO, CFE CGC, UNSA, FSU d’Ile de France deman dent que soit inst itué un Fon ds régional de sout ien de l’em ploi et de la croissance réelle avec un contrô le des fon ds publics versés aux entr eprises.

À par tir de pr atiques visant à faire reculer l’insécu rité sociale pourra it grand ir la pers pect ive d’une société rad icalement nou velle, pour sécur iser, dans la lib er , tous les moments d e l’existence d e chacun-e, à par tir de l’enjeu si cruc ial de l’em ploi et de la format ion.

Nous voulons ainsi avancer dans la construct ion d’un système de « Sécur ité d’em ploi ou de forma tion » pour chacun-e. Pleinement réa lisé, le système visera it à assur er, à chacune et à chacun , un bon em ploi ou une bonne format ion pour revenir par la suite à un meilleur em ploi, avec une cont inuité de revenus et droits et avec des passa ges de l'une à l'autr e activité maîtrisés par les intér essés .

Cette mob ilité d ans la sécur ité p ermettra i t d e suppr imer les em plois devenus dépassés ou inefficaces sans que cela ne se tradu ise par du chôma ge. Une sécur ité d'act ivité et une mob ilité choisie de promot ion de tous avec une rotat ion entr e emploi et format ion permettra ient de s’atta quer rad icalement au chômage et visera it sa suppr ess ion. Cela permet tra it une véritab le maîtrise sociale des progrès tech nologiques et de sa vie par chacun-e.

Contr e les divisions des salariés et leur culpabilisation cultivées par la droite et le patr onat , ces propositions et la démar che par chantiers visent à favoriser les luttes à par tir des as pirations diverses tout en favor isant les con vergences d es c h ômeurs ou Rmistes jus qu’aux salariés les plus qualifiés . Contr e la monopo lisat ion des informat ions et des décisions par le patr onat et une caste politique, nous enten dons favoriser l’inter vent ion des salariés et des citoyens avec de nou veaux droits dans tous les lieux de pouvoirs.

Il s’agit ains i d e profondément renouveler les pr at iq ues sociales et politiques et de viser une démocrat ie réellement participative jus que dans les entr eprises.