Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Le terrible réquisitoire de l’OCDE contre les coupes budgétaires dans la santé

« Nous réalisons des économies sans précédent sur les dépenses d’assurance-maladie », vient de déclarer notre ministre de la santé en annonçant un plan de réduction de 2,4 milliards d’euros. Mais à quel prix, avec quels effets ?
L’organisation pour la coopération et le développement économique,  l’OCDE, institution qui regroupe les grands pays capitalistes de la planète, vient de donner une partie de la réponse à ces questions. Cette institution, qui n’a rien à voir avec les petites sœurs des pauvres, dresse un réquisitoire contre les méfaits de l’austérité sur la politique de soins dans son  « panorama de la santé 2013 ».
« Depuis 2008, affirme l’OCDE dans son rapport, la progression des dépenses de santé s’est considérablement ralentie dans quasiment tous les pays de l’OCDE. Après des années de hausse continue de plus de 4 % par an, les dépenses de santé dans l’ensemble de l’OCDE n’ont progressé en moyenne que de 0.2 % entre 2009 et 2011. Elles ont reculé dans 11 des 34 pays membres sur la même période, par rapport à leur niveau d’avant la crise. Sans surprise, les pays les plus durement frappés par la récession sont aussi ceux où les coupes budgétaires ont été les plus fortes. La Grèce et l’Irlande ont ainsi subi les baisses les plus importantes, respectivement de 11.1 % et 6.6 % entre 2009 et 2011 ». Les auteurs font ce constat terrible : « Il semble également que le long déclin du taux de mortalité infantile se soit inversé en Grèce après la crise ».
La France, malgré ses acquis, n’est pas à l’abri. Entre  2000-2009 et 2009-2011 la progression des dépenses de santé par habitant y a été divisée par deux, passant de 2,1 à 0,7 %. Les dépenses pharmaceutiques par habitant ont chuté de +1,7 à -0,7 %. Notre pays est aujourd’hui l’un de ceux où le nombre de nouveaux diplômés en médecine est des plus faibles. Il est devancé par le Chili, la Turquie, l’Estonie, alors que la proportion de médecins âgés est l’une des plus fortes. Voila à quoi conduisent les « économies » de madame Marisol Touraine.
Cette politique accroît les gâchis humains et sociaux. Non, ce n’est pas en en faisant reculer les droits humains qu’on crée les conditions d’une meilleure productivité. Un travailleur est d’autant plus efficace qu’il est moins malade et mieux soigné. C’est une toute autre stratégie qu’il faut adopter. Il s’agit de maîtriser les dépenses de santé en régulant l’activité des groupes de la santé et de la pharmacie mais en vue de soigner de manière plus efficace. A cette fin, il faut dégager de nouvelles ressources pour financer des dépenses de santé qui doivent augmenter sensiblement.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.