Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Quand la réalité n’est pas conforme aux modèles des libéraux.

C’est dans ce type d’affaires que l’on mesure la sélectivité pro-libérale des grands médias. Trois études récemment publiées ont été superbement ignorées par la plupart d’entre eux. Est-ce parce qu’elles contredisent la campagne menée en faveur de la baisse du coût du travail ? Qu’on en juge.
Le 18 juin dernier, l’Insee annonce qu’en 2012, dans le secteur marchand non agricole, le salaire mensuel brut de base a progressé en euros courants de 2,1 % en France comme en 2011 alors qu’il a « accéléré en Allemagne : +2,8 % en moyenne annuelle contre +2,0 % en 2011 ». L’Institut ajoute qu’en termes réels, c’est-à-dire inflation déduite, « le salaire de base baisse légèrement en France (-0,1 % comme en 2011) mais se redresse en Allemagne (+0,7 % après -0,4 % en 2011) ».
Un autre institut, Eurostat, organisme statistique de la commission européenne, révèle dans une étude datée du 17 juin que, depuis le deuxième trimestre 2012, le coût horaire du travail en France dans le secteur marchand évolue nettement moins vite qu’en Allemagne. Le décalage s’amplifie au 1er trimestre 2013, ce coût baissant dans l’Hexagone de 0,2 % alors qu’il progresse de 4,1 % de l’autre côté du Rhin. Le coût du travail baisse en France, pour autant la situation des Français ne s’améliore guère, le chômage et la précarité continuent de progresser, faisant pression sur les salaires.
Autre fait que l’on peut livrer à la réflexion de nos commentateurs. Eurostat, a révélé le 13 juin que les Etats-Unis ont préféré en 2012 investir en France plutôt qu’en Allemagne : 7,1 milliards d’euros chez nous contre 4,7 chez nos voisins. Au total, les pays extérieurs à l’UE ont considéré qu’après le Luxembourg, cas particulier en raison de son statut de paradis fiscal, la France est le pays le plus « attractif ». Ils y ont investi 22,7 milliards d’euros contre 9,6 malheureux milliards en Allemagne.
La France est ainsi jugée plus « compétitive » par les capitalistes non européens. Pourquoi diable nos commentateurs vedettes n’en ont-ils rien dit ? On le comprend d’autant moins que les notions de coût du travail et de compétitivité sont des plus ambiguës. Est en effet « compétitif », selon les canons du libéralisme, un pays qui assure une bonne rentabilité aux capitaux, notamment en baissant le coût du travail. On a connu nos commentateurs plus prolixes sur ces sujets.
Dans un livre qui vient de paraître, Bruno Odent démonte l’imposture consistant à présenter l’Allemagne comme un modèle. Il faut se méfier des modèles, dans un sens comme dans un autre. Les seuls qui vaillent sont ceux qui rapprochent les peuples au lieu de les diviser.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.