Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil
 
 
 
 

Des députés du Front de gauche pour concrétiser le changement

 Oui, les 11,1 % des voix et près de 4 millions d’électeurs qui ont choisi notre rassemblement et nos idées sont des éléments qui comptent déjà dans le paysage des forces politiques du pays. Oui, il faut maintenant donner à ce premier acte électoral de véritables prolongations et débouchés par notre présence politique sur tous nos territoires et auprès des acteurs du mouvement social.

Dans toutes les circonscriptions de France, les candidates et candidats communistes et du Front de gauche sont déjà à pied d’oeuvre pour concrétiser l’espoir né du vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de l’élection présidentielle, avec la perspective d’une majorité de gauche après la victoire de François Hollande. Tous sont conscients de la nécessité de convaincre de l’enjeu de faire élire des députés qui répondent aux attentes sociales.

Nos candidats disposent d’un premier atout pour se présenter devant nos concitoyens : ils s’appuient sur des orientations de fond pour un changement réel. Conditionnant la réussite d’une politique de gauche, ces orientations pourraient constituer en quelque sorte notre socle politique. Il s’agit du partage des richesses, avec une politique salariale favorisant l’élévation des salaires et des niveaux de formation et la protection sociale. Il s’agit aussi du levier financier avec un pôle public bancaire et financier pour pratiquer un tout autre crédit favorisant l’emploi, les salaires, la formation, le développement social et écologique. Il s’agit de l’ouverture du débat en Europe sur la remise en cause du traité de Lisbonne, et prioritairement le changement des statuts de la BCE qui doit être réorientée pour le rachat des dettes publiques et la création monétaire, avec un Fonds européen de développement social et écologique. Il s’agit enfin de la mise en oeuvre d’une transition écologique, avec l’ouverture du grand chantier d’une planification démocratique des mesures à prendre, en lien avec une politique de développement industriel. Cela implique de nouveaux droits pour les salariés, indispensables à tout développement économique.

Nous savons que pour être jour après jour utiles à la mise en oeuvre d’une politique vraiment à gauche, ces grandes orientations politiques sont déterminantes. Avec les propositions plus concrètes qui en découlent et que nous avons portées avec le programme L’Humain d’abord, elles doivent amener certains électeurs à nous désigner comme leurs nécessaires représentants à l’Assemblée nationale.

Mais il nous faut aussi lister les lois antisociales adoptées au cours des dix dernières années, pour les mettre  très rapidement à bas, avec des propositions de loi que nous porterons dès juin-juillet, et donc à formaliser immédiatement. Je crois que nos candidats doivent avancer avec détermination les choix qu’ils sont prêts à faire, comme futurs députés, dès la rentrée parlementaire, sur des questions aussi essentielles que l’emploi, les salaires, la retraite, les services publics, la santé, la protection sociale, les prix de l’énergie et de l’alimentation, le logement, les transports, ou l’écologie. Saisissons-nous déjà du travail considérable effectué par les députés communistes, républicains, citoyens et du Parti de gauche ces cinq dernières années, avec leurs propositions de loi dans ces domaines.

Mais, comme je l’ai souvent dit, cela ne suffira pas. Je crois qu’il faut donner à voir dans ces courtes semaines de campagne ce que sera une pratique politique complètement différente, hors du commun. Comme l’a été notre campagne présidentielle, il faut réussir à faire toucher l’articulation entre la construction collective du travail législatif et l’indispensable mobilisation populaire pour porter les exigences citoyennes. Il nous faut expliquer concrètement comment nous allons conduire notre activité parlementaire, en lien avec le mouvement populaire et les luttes sociales. Concevons cette activité comme la mise en oeuvre immédiate d’une « révolution citoyenne » pour donner du « pouvoir au peuple », démarche du présent, et non pas de l’attente d’un grand soir des urnes. La création d’ateliers législatifs avec les groupes parlementaires du Front de gauche est un exemple à pousser en avant dans la campagne. Le portage populaire des textes législatifs, comme l’accompagnement des luttes sociales avec l’objectif d’un prolongement politique concret dans les assemblées, c’est aussi cela le rôle politique de futurs députés de gauche à la hauteur des attentes populaires.

Le Front de gauche est un rassemblement de type nouveau. Il est devenu de fait la propriété de citoyens, militants ouvriers et intellectuels, responsables associatifs et créateurs. Il faut qu’il devienne plus encore l’outil pour impulser une politique de transformation sociale. Ces élections législatives doivent permettre à nos candidats de le démontrer en acte.  André Chassaigne