Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil

Info Hebdo n° 311 - Septembre 2007

le 27 septembre 2007

COMITÉ EXÉCUTIF NATIONAL DU 24 SEPTEMBRE 2007 relevé de décisions

Le CEN avait à son ordre du jour, à partir des acquis de la Fête de l'Humanité, la semaine d'action et l'initiative nationale du 27 octobre et la préparation du congrès extraordinaire

Sommaire La riposte Sur la préparation du congrès

Le succès de la Fête de l'Humanité est un facteur appréciable d'optimisme pour les communistes et aussi pour les femmes et hommes de gauche. Ils et elles en ont bien besoin au moment où la gravité et la cohérence antipopulaire de la stratégie mise en œuvre par le pouvoir se confirme au fil des semaines.

La riposte

L'urgence de la riposte sociale, mais aussi politique, en lien avec les efforts de rassemblement, de construction d'une perspective de nature à reconstruire l'espoir n'en est que plus aiguë.

La semaine dernière, Nicolas Sarkozy a présenté au pays un ensemble de mesures qui constituent une immense régression sociale mêlées à des regressions démocratiques et même éthiques, le tout accompagné d'un activisme médiatique de N.Sarkozy mûrement réfléchie dans le cadre de l'hyper présidentialisme qui fait lui aussi partie de la reconfiguration en cours.

Le CEN a insisté sur la responsabilité des communistes dans la situation présente pour prendre la mesure de la gravité de la situation, appeler à la riposte, en montrant notamment qu'il est possible de combattre politiquement la démarche “d'asphyxie” du pouvoir.

Face à un certain désarroi que l'on peut constater chez nombre de personnes habituellement engagées dans des luttes progressistes, la prise d'initatives politiques est indispensable pour porter la riposte à la hauteur des enjeux.

Nous voulons construire une riposte politique qui exprime la protestation et l'exigence de mesures novatrices face à la crise car nous ne nous nous posons pas comme les défenseurs du seul statu quo déjà vecteur de la crise.

Par exemple, à la flexicurité à la sauce Bruxelloise, nous devons opposer une véritable sécurisation des parcours professionnels dans une rotation emploi formation avec garantie de revenu. Ou encore, la suppression programmée de 11 500 postes dans l'éducation nationale ne doit pas nous limiter à la défense de l'école d'aujourd'hui. Notre bataille pour une école de la réussite avec tout ce que cela implique garde sa pleine actualité.

De même, nous continuerons notre action pour réorientation la construction européenne face au traité que veut imposer Nicolas Sarkozy avec la pétition que nous mettons à duisposition de notre peuple et engagerons la bataille contre la dangerosité de la politique internationale de la France (voir note de Jack Fath dans le précédent numéro d'infohebdo).

Si nous observons un début de résistance dont témoignent le 29 septembre sur les franchises médicales, l'appel à la grève des cheminots pour le 18 octobre renforcé par l'Energie ou quelques sondages récents, on constate cependant des difficultés de plusieurs organisations syndicales à enclancher une mobilisation à la hauteur des enjeux.

Nous travaillons donc à cette riposte politique en travaillant à tout ce qui peut favoriser des mobilisations et réponses unitaires telle que celle à laquelle nous travaillons avec le comité de riposte de la gauche.

Nous souhaitons participer à toutes les mobilisations qui se font jour , en apportant tout ce que l'on peut y apporter, et en prenant nos propres initiatives pour, partout, favoriser le développement d'une riposte populaire au contenu politique ambitieux. En argumentant sur des solutions alternatives avec des objectifs sociaux et démocratiques de haut niveau pour répondre aux besoins, agir contre toutes les formes d'exploitation et de domination.

Notre démarche intègre donc une participation active et originale aux initiatives connues ou à et implique aussi des initiatives politiques que nous suscitons nous mêmes.

C'est le sens de la semaine d'actions que nous proposons et qui se cloturera par le rassemblement national du 27 octobre. C'est le PCF qui prend cette intiative et qui la met à la disposition de toutes celles et ceux,-personnes ou organisations- qui veulent se battre contre la régression sociale et démocratique et pour un avenir de progrès social et humain en nous laissant la souplesse nécessaire pour que dans l'organisation du 27 lui même nous puissions tenir compte d'évolutions positives, que nous souhaitons et que nous voulons favoriser, afin que le rassemblement à gauche puisse s'exprimer de la manière la plus combative et la plus large possible.

Le 27 octobre pourrait avoir la forme d'un rassemblement extérieur devant la Rotonde, place de la bataille de Stalingrad (Métro Jean Jaurès), précédé d'une manifestation à partir de la place de la République

Le rassemblement se déroulerait en 3 temps : témoignages populaires d'acteurs des luttes (lien témoignage/réflexion politique) interventions de personnalités jouant un rôle éminent sur telle ou telle question inscrite dans les luttes discours de Marie-George Buffet.

Marie George Buffet va adresser une lettre à chacune des organisations pour lui présenter la démarche et lui proposer une rencontre afin d'aller plus loin dans l'échange.

Le tract national et l'affiche seront disponibles dès la semaine prochaine dans les fédérations.

La semaine d'initiative et le 27 octobre ne sont pas une fin en soi et s'inscrivent dans une démarche plus fondamentale et de plus longue haleine. Ils veulent porter la dynamique de riposte à un haut niveau pour la pousser plus loin et sur la durée comme un facteur essentiel de la construction de l'alternative

Sur la préparation du congrès

Le CEN a estimé qu'il était de sa responsabilité d'émettre un avis sur la question avant la réunion du collectif d'animation et d'impulsion du débat pour préparer le Conseil national des 6 et 7 octobre( voir ci dessous). Son débat a porté sur le contenu de cet avis : l'ordre du jour du congrès extraordinaire, la manière d'organiser ses débats préparatoires, son déroulement.

L'accent a été mis sur la volonté de poursuivre le débat engagé depuis juin parmi les communistes en leur permettant de franchir une nouvelle étape , d'exercer leur souveraineté. Il a été noté qu'ils et elles attendaient de leur direction nationale des actes permettant de les y aider avec des propositions suffisamment précises. C'est dans ce cadre que l'avis du CEN a été adopté - moins cinq votes contre et trois abstentions – à la suite d'un débat où tous les membres du CEN présents ont participé .

Le point du collectif d'animation et d'impulsion du débat

Le collectif tient deux réunions cette semaine. La première s'est tenue mardi 25 septembre, en soirée, la deuxième aura lieu vendredi 28. L'avis sur la préparation du Congrès extraordinaire voté par le CEN la veille propose maintenant un cadre de travail précis. Le Collectif va maintenant travailler à relever les opinions exprimées, les options en débat et à contribuer à la formulation des questions centrales et la confrontation d'idées en toute transparence.

Il concentrera son travail autour de quatre axes :

1. Dégager, à partir des débats en cours depuis cet été, des propositions quant aux 6 ou 7 grandes questions qui pourront structurer le congrès. A articuler autour des enjeux de transformation, des leviers de la transformation. Et en tenant compte de l'évolution des thèmes.

2. Établir une synthèse à partir des réponses aux questionnaires, contributions parvenues, des compte rendus des réunions et assemblées, des contributions disponibles sur le site

3. Organiser une dizaine de grands débats publics, en relation avec les questions centrales qui seront dégagées

4. Programmer sur une série de sujets où les divergences sont fortes (certaines sont très visibles, d'autres moins) des confrontations d'idées de façon très ciblée et transparente (vidéo, TV-congrès, si possible Huma, dans Communistes…). Par exemple, sur : classes sociales et transformation ; nature du rassemblement ; force politique pour la transformation…

Le rapport d'Hervé Bramy au CN des 6 et 7 octobre s'appuiera sur ces travaux et l'organisera autour de la question générique : Notre peuple, croit-il encore à la possibilité d'une transformation de la société dans le sens de l'émancipation humaine ? Comment est il possible de refonder une espérance ?

Une autre réunion est programmée mercredi 3 octobre, dans l'après-midi.