Economie et Politique - Revue marxiste d'économie

Economie et Politique - Revue marxiste d'économie
Accueil

Compte rendu de la réunion du collectif « Riposte »

le 12 juillet 2007

Le collectif d'organisation de la riposte politique et idéologique aux mesures Sarkozy s'est réuni mercredi 04 juillet. L'objet de ce collectif est de mettre en place un dispositif d'animation, de définir la nature et les grands axes de la bataille à mener et de la faire démarrer le plus rapidement possible. Nous portons à votre connaissance les principales décisions de ce collectif, qui ont été validées par le CEN du lundi 09 juillet.

Info Hebdo n° 303 - Juillet 2007

Sommaire Rappel des sujets sur lesquels Comment riposter ? Quels (...) Quelles initiatives ? Rappel des sujets sur lesquels portent la riposte et la contre-offensive.

Il faut faire obstacle aux multiples mesures de régression sociale et démocratique programmées par N. Sarkozy, son gouvernement et sa majorité. Elles concernent de nombreux domaines :

les salaires avec le refus de tout « coup de pouce » au SMIC qui donne, en réalité, un signal plus global sur les rémunérations la déductibilité fiscale et sociale des heures supplémentaires avec leurs graves effets contre la durée légale du travail, contre les salaires et l'emploi dont la situation est déjà très dégradée, contrairement à ce que veulent faire croire les statistiques très « travaillées » du ministère chargé de l'emploi. la santé avec les scandaleuses franchises qui mettent en cause le remboursement des soins, limitent l'accès à la santé, structurent encore plus une médecine à deux vitesse, L'université avec un projet d'adaptation étroite aux objectifs court termistes du patronat et qui reste tout aussi dangereux après le simulacre de recul du pouvoir. les services publics avec des suppressions d'emplois massives et une évolution zéro des dépenses qui dégradent la réponse à des besoins essentiels. les nouvelles mesures de privatisations comme pour France Télécom, pour EDF dont le produit servira à combler une (petite) partie des nouveaux cadeaux fiscaux pour les plus riches (bouclier fiscal à 50%, suppression de fait de l'ISF...) et des nouvelles déductions de charges pour les patrons. Quant à GDF, le projet de fusion avec Suez menace toujours. les libertés avec les attaques contre le droit de grève (service minimum), les peines planchers les droits humains avec les nouvelles mesures concernant le regroupement familial des étrangers etc.

Ajoutons tout ce qui est « dans les tuyaux » pour l'automne ou le début 2008 (retraites des régimes spéciaux et du régime général, TVA antisociale, droit du travail avec le contrat unique et la flexicurité...) mais qui doit être combattu dès aujourd'hui car il s'agit là encore de mesures graves et déstructurantes.

Ces mesures ont une cohérence forte. Non seulement parce qu'elles constituent l'application des projets de la campagne de N. Sarkozy mais surtout parce qu'elles visent à franchir une étape qualitativement nouvelle dans le remodelage de la société française au service de l'attractivité des capitaux qui marque la guerre économique mondiale, de la recherche de la compétitivité maximale, de l'alignement sur la construction de l'Europe libérale. Il s'agit de tirer drastiquement vers le bas les garanties sociales et les acquis démocratiques (avec sur ce point une hyper-centralisation du pouvoir). Evidemment, les conséquences de cette politique seront dramatiques pour notre peuple si les luttes politiques et sociales ne parviennent pas à l'enrayer.

En même temps, pendant toute une période, elle peut faire illusion dans de larges couches de la population.

Comme toutes les approches populistes, elle s'appuie sur des réalités de la crise. Les salaires, ça ne va pas. L'emploi, ça ne va pas, la santé non plus, comme l'école, l'université... etc... La bataille idéologique et politique menée à grand renfort de média consiste à s'appuyer sur les mécontentements et les frustrations au nom de la rupture en structurant comme jamais la division au sein du monde du travail et des couches populaires mais aussi à intégrer aux objectifs du capital. Ils essaient d'imposer l'idée qu'en étant bien méritant, en cherchant à s'en sortir seul voire contre les autres, on peut éviter les conséquences de la crise. Les thèmes de la campagne présidentielle de Sarkozy marquent encore le paysage idéologique : l'opposition entre « ceux qui se lèvent tôt » et « les assistés », ceux qui réussissent parce qu'ils travaillent et ceux qui ne méritent pas cette réussite, les français et les étrangers, les salariés des PME ou du privé et les fonctionnaires. C'est sur le dos des boucs émissaires désignés que l'on prétend régler les problèmes alors que dans le même temps, le capital est exonéré de toute responsabilité, les grands patrons sont encensés et présentés en modèles. Ils méritent qu'on leur facilite la vie car « ils créent la richesse » .

Comment riposter ? Quels objectifs se fixer ?

Notre rôle est de contribuer à développer les mobilisations et les rassemblements pour mettre en échec ces différentes mesures, pour enrayer cette offensive.

Cela suppose de :

Montrer leur caractère néfaste, dissiper les illusions, éclairer sur leurs conséquences réelles. Montrer qu'elles ne relèvent pas de la fatalité. Elles servent les intérêts du capital, elles participent à un remodelage régressif ; bref, il faut marquer les responsabilités partout où elles sont. Montrer qu'on peut les mettre en échec si on ne s'en laisse pas compter et si on se rassemble. Montrer aussi (sinon nous ne convaincrons pas) que des propositions alternatives existent et qu'elles seraient plus efficaces car s'attaquant aux vraies racines des problèmes réels.

Bref, il faut partout aider aux convergences contre la division, rassembler contre le chacun pour soi, proposer contre l'idée de fatalité. Il faut aussi donner du sens à la bataille contre l'idée que « le monde est comme il est et qu'on ne peut rien y changer ». Cette dernière remarque montre à quel point le débat approfondi et ambitieux que nous engageons avec le congrès et nos initiatives de riposte sont étroitement liées.

Quelles initiatives ?

Notre dispositif doit être adapté, notamment pour son démarrage, aux réalités de la période estivale et il doit être lié aux efforts que nous déployons pour le débat. Il consiste à :

Organiser au plus près, dans les villes, quartiers et entreprises, des points de rencontre pour résister aux mesures de régression et organiser la riposte populaire. ( Points de rencontre pour la riposte populaire ?) Ils seraient conçus en liaison avec les questions nationales et leur calendrier mais aussi avec les problèmes « chauds » au plan local (ex : les sites LU...) Ils pourraient s'appuyer sur une série d'expressions nationales permettant d'organiser la bataille sur les différents sujets et de nature à être reprises en tract ainsi que sur un texte national portant sur la cohérence de l'attaque et la nécessité de la riposte. Une telle conception permettrait de conjuguer diversité et cohérence dans l'expression et les initiatives. La souplesse est en effet nécessaire à la fois dans les thèmes en fonction de leur sensibilité sur tel ou tel terrain,et dans les formes d'organisation pour tenir compte de la période, des forces disponibles et de l'état d'esprit des personnes auxquelles nous nous adressons. Chacun des secteurs de travail pourrait adresser très rapidement (avant le 14 juillet) un texte pour l'argumentation et la riposte d'un feuillet et demi (pour reprise éventuelle en tract) sur les mesures relevant de son champ d'action. Ces textes doivent être adressés au secrétariat de Jean Louis Le Moing qui en assurera la diffusion aux fédérations. Evidemment, en fonction de l'actualité, l'accent devrait être porté sur telle ou telle question particulièrement sensible en s'appuyant sur les expressions nationales venant conforter notre bataille. Une grande initiative devrait être envisagée à l'automne (en lien avec le débat du Congrès) sur les luttes sociales et politiques face à l'offensive Sarkozy- Medef. Cela nous permettrait de renforcer la liaison entre luttes et bataille d'idées, alternative et sens du combat transformateur. Cela nous permettrait aussi de favoriser la rencontre avec des militants syndicaux et associatifs. En tout état de cause, un débat « point d'étape » semble indispensable à la Fête de l'Humanité, comme semble indispensable une animation du suivi des initiatives de ripostes dans l'Humanité, par exemple à la faveur de la présence de tel ou tel dirigeant(e) du Parti sur un point de rencontre ou dans un débat.

C'est Eliane Assassi qui, durant les congés de Alain Obadia, assurera la coordination du travail du collectif.